Distinction de Polanski : les médias dans les coulisses du César 2020

L’élite du cinéma français s’est durement divisée après la désignation de Roman Polanski comme meilleur réalisateur durant la cérémonie des oscars qui s’est tenue le 28 février 2020. Plusieurs actrices sont sorties outrées et dégoûtées de la salle lorsque que le César du meilleur réalisateur a été décerné au franco-polonais toujours recherché aux États-Unis pour le viol d’une fillette de 13 ans. Les médias européens et américains en font leur chou gras. 

Une désignation qui fait polémique

La cérémonie des Césars de fin février 2020 a pris une tournure chaotique lorsque Roman Polanski a été désigné comme meilleur réalisateur pour son film « J’accuse ». Cette victoire a incité l’actrice Adèle Haenel à sortir de la cérémonie avec dégoût, suivie de près par la cinéaste Céline Sciamma. « Bravo la pédophilie ! » s’est sarcastiquement exclamée Haenel en sortant de la salle.

En dehors de l’événement, quelques centaines de manifestants anti-Polanski étaient également furieux. Les manifestants se sont finalement heurtés à la police française, qui aurait tiré des gaz lacrymogènes sur la foule pour les empêcher de se rendre sur le tapis rouge.

Une claque pour les féministes

Le prix a été considéré comme une provocation et une gifle pour les victimes d’abus sexuels et les militants du mouvement #MeToo qui ont eu du mal à se faire reconnaître en France. En dehors de la cérémonie, des féministes se sont affrontées avec la police.

Meilleur réalisateur au César 2020
Polanski, 86 ans, est restée à l’écart, affirmant craindre un «lynchage féministe».

Le lendemain, Ursula Le Menn, militante à « Osez le Féminisme », le groupe qui a organisé la manifestation en dehors de la cérémonie, a déclaré que le prix montrait que rien n’avait changé dans le monde du cinéma français. «L’empathie montrée est une façade…. Il n’y a pas de réel changement de mentalité », a-t-elle déclaré.

«Polanski s’est présenté comme Dreyfus, une victime, et a utilisé son film pour sa propre défense. Pour les femmes qui ont eu le courage de parler des sévices qu’elles ont subis, il y a une énorme douleur à voir cet homme se faire distinguer », a déclaré Le Menn.

Le monde de la culture, divisé

Polanski, qui a plaidé coupable en 1977 pour des relations sexuelles illégales avec une fille de 13 ans, n’était même pas présent aux Césars de cette année. Dans les jours qui ont précédé l’événement, le réalisateur a publié une déclaration comparant l’événement à un «lynchage public» et a déclaré qu’il ignorerait l’émission par peur de manifestations potentielles.

Les 12 nominations de « J’accuse », le plus grand nombre qu’un film puisse recevoir, ont servi de précurseur à tout ce drame. Après leur annonce fin janvier, la décision de distinguer Polanski si fortement a été condamnée par plusieurs acteurs du cinéma français. 400 personnalités, dont Léa Seydoux et Michel Hazanavicius, ont appelé à une «refonte complète» de l’organisation, critiquée pour son manque de transparence et d’inclusion.

Haenel, qui a récemment reconnu avoir été harcelée sexuellement par un cinéaste, a déclaré au New York Times que distinguer Polanski revenait à cracher à la figure de toutes les victimes. « Cela signifie que violer des femmes n’est pas si mal. ».

Le ministre français de la Culture, Franck Riester, a également condamné les Césars pour la nomination de Polanski, déclarant plus tard qu’il comprenait pourquoi Haenel s’était sentie obligée de quitter la cérémonie. Le geste de Haenel a également été applaudi à l’étranger par des actrices telles que Jessica Chastain et Rose McGowan.