Démission du président de la Fédération française des sports de glace

Didier Gailhaguet, président de la Fédération française des sports de glace, vient de rendre sa démission suite au scandale sexuel dans le monde du patinage artistique. La situation est devenue intenable pour le patron du patinage artistique après que de nombreux athlètes aient révélé qu’ils avaient été victimes d’agressions sexuelles de la part de certains entraîneurs du milieu.

Didier Gailhaguet contraint à la démission

Le 8 février 2020, Didier Gailhaguet a démissionné après des allégations de viol et de harcèlement sexuel contre des patineuses artistiques mineures par leurs entraîneurs alors qu’il était en charge de la fédération.

« Par souci d’apaisement, j’ai pris la sage décision de démissionner avec philosophie, dignité, mais sans amertume »

M. Gailhaguet, 66 ans, devant la presse à l’issue d’une réunion spéciale à Paris

M. Gailhaguet, ancien patineur artistique, préside les sports de glace en France depuis 1998, mis à part un hiatus entre 2004 à 2007. Le scandale en question a été mis en lumière par Sarah Abitbol, qui a remporté une médaille de bronze durant les championnats du monde de 2000.

Mme Abitbol a accusé son ancien entraîneur Gilles Beyer de l’avoir violée plusieurs fois entre 1990 et 1992, alors qu’elle avait entre 15 et 17 ans. La ministre française des Sports, Roxana Maracineanu, avait demandé la démission de Didier Gailhaguet après ces révélations.

Une pratique récurrente qui jette l’opprobre sur toute une nation

Avec plusieurs décennies de retard, la France découvre, horrifiée, que les plus grandes stars des sports de glace ont subi les abus sexuels répétés de trois entraîneurs.

Quatre patineuses d’élite, Hélène Godard, Sarah Abitbol, Anne Bruneteaux et Béatrice Dumur, accusent directement trois entraîneurs, Gilles Beyer, Jean-Roland Racle et Michel Lotz, d’agression sexuelle et de viol au cours des années 70, 80 et 90.

Dans le livre Un si long silence, la décuple championne de France de patinage artistique en couple, également lauréate de plusieurs médailles européennes et mondiales, relate son malheur.

Didier Gailhaguet, ancien patron du patinage français
Didier Gailhaguet, ancien patron de la fédération française des sport de glace, est contraint à la démission.

Le cas de Anne-Line Rolland, ex-patineuse

En 1993, alors qu’elle n’avait que 12 ans, Anne-Line Rolland est victime des agressions sexuels et viols de son entraîneur Pascal Delorme. Plus tard, elle le dénonce. Et la justice le condamne à 10 ans de prison à l’issue d’un procès, en 2003.

Elle raconte son calvaire dans un entretien accordé à l’Observateur : « lorsqu’il me mettait sur ces genoux et me caressait, j’avais douze ans et je ne savais pas ce que c’était la sexualité », « On m’a même dit que j’étais une menteuse».

Teddy Riner et d’autres appellent à la fin de l’omerta

Sarah Abitbol justifie le retard à dénoncer le harcèlement sexuel et la violence dont elle aurait été victime pour ces raisons : « De mon temps, je n’ai pas osé raconter l’histoire à mes parents. Ils avaient tout sacrifié pour moi, afin que je puisse être championne ».

Pour sa part, le champion olympique de patinage artistique 2002, Gwendal Peizerat, a déclaré mardi que les accusations de viol d’Abitbol contre son ancien entraîneur ne sont que « la pointe d’un iceberg qui est très grand, avec une énorme charge de souffrances physiques et morales ». 

Après la découverte de ce scandale, plusieurs stars du sport français ont publié une tribune dans laquelle elles exhortent les victimes à dénoncer les abus. Cette tribune intitulée « Il est temps de donner de la voix » a été signée par des célébrités comme Tatiana Golovin, Teddy Riner et Nathalie Péchalat.

« Nous exprimons notre soutien et notre solidarité avec les victimes … Nous ne pouvons plus nous taire ! Il est temps d’agir collectivement et de prendre conscience que briser le silence est aussi au service du sport », a écrit une cinquantaine d’athlètes qui font partie de la Commission des sportifs de haut niveau du Comité olympique français.