Focus sur les entreprises zombies, un investissement risqué

Qu’est-ce qu’un bon investissement ? C’est celui qui permet d’avoir un bon retour dans le temps et qui possède une bonne stabilité. Aussi, mieux vaut-il éviter les entreprises dites « zombies. »

Un entreprise zombie se caractérise par une bonne forme générale, mais qui n’est pas pérenne dans le temps. Explications de cette contradiction.

Dans les faits, rien ne distingue l’entreprise zombie d’une autre. Lorsqu’on regarde sa performance, elle est bonne. D’ailleurs, si elle est cotée en bourse, son action aura de la valeur et recherchée par certains investisseurs.

Difficilement détectable, l’entreprise zombie ne se remarque qu’en cas de conjoncture difficile.

Elle possède donc un bon chiffre d’affaires et les commandes affluent. Même la trésorerie est remplie. Pourtant, le ciel n’est pas aussi dégagé qu’on le croit.

En effet, derrière cette apparente performance, l’entreprise zombie cache des problèmes systémiques. Elle dépend de subsides ou de subventions, elle s’accroche à certains financements ou alors elle n’est plus compétitive sur le marché.

Cela peut-être systématique pour certaines entreprises. C’est le cas pour la métallurgie, par exemple, qui périclite lorsque les aides étatiques disparaissent. Ou alors plus sporadique. Des exemples sont les entreprises bénéficiant de larges contrats avec les Etats et dont le carnet de commandes se remplit en fonction des investissements massifs dans l’infrastructure ou le renouvellement de matériel (armée, etc.).

Bien qu’on puisse croire que ces entreprises soient vouées à la disparition rapidement, il n’en est rien. Selon un dernier rapport de la Deutsche Bank, le marché coté comporterait pas moins de 12 % de ce type d’entreprises.

Une exception qui est donc loin de l’être et qui rappelle que l’investissement boursier doit se faire sur base de recherches approfondies du secteur et non au petit bonheur la chance.