Emprunt hypothécaire : quand le Covid-19 oblige à repenser ses mensualité

Au début de la crise, le gouvernement et le secteur bancaire ont très vite agi pour permettre aux ménages de se libérer d’une partie de leurs charges financières. La fin de ces mesures implique de repenser ses crédits.

En effet, lorsqu’on contracte un emprunt, on peut s’endetter jusqu’à un certain point avec la permission des banques. Or, avec la fonte des revenus durant la crise sanitaire, certains crédits étaient devenus impayables. Et avec ce qui se prépare, il est possible que la situation se répète. Une personne avertie en vaut deux !

Les banques autorisent généralement le report des échéances, que ce soit sur le montant total ou sur le capital uniquement. Bien sûr, cela a un coût, car la durée du crédit est rallongée de autant et des intérêts viennent s’ajouter au montant emprunter. Néanmoins, ce type de négociations permet de garder la confiance de son banquier et d’éviter un défaut de paiement pendant plusieurs mois.

Il existe de multiples façons de diminuer ses charges mensuelles.

Au même titre, il est peut-être intéressant d’envisager de renégocier son prêt. Depuis plusieurs mois les taux sont extrêmement bas. Ce qui est favorable au rachat hypothécaire. Lorsqu’il est réalisé au sein du même établissement, les frais sont minimes. Quand il s’agit d’une nouvelle institution, les frais sont plus importants. Néanmoins, lorsqu’une baisse significative du taux est possible, le gain financier est réel et peut soulager le budget sur la période restante du crédit.

Enfin, lorsqu’on possède plusieurs crédits, il est possible de les regrouper via un organisme spécialisé. Les différents prêts sont alors regroupés dans un même portefeuille. Cela permet de renégocier un remboursement groupé à un taux plus avantageux, mais aussi de diminuer les charges mensuelles.