Télé-Shopping et compléments alimentaires : un business juteux ?

Conçu aux États-Unis dans les années 1990, le téléshopping s’est imposé peu à peu en France. Le principe demeure simple, car il s’agit d’une émission dans laquelle on présente un produit aux téléspectateurs. Ces derniers peuvent directement passer commande si un objet leur convient. En quelque sorte, il s’agit d’une publicité déguisée, ainsi les abus sont assez nombreux. Par exemple, ce n’est pas rare que l’on voit des compléments alimentaires « minceurs » qui vous promettent de perdre du poids en quelques jours. C’est devenu tout simplement une débouchée pour les fabricants souhaitant écouler des produits plus ou moins efficaces. Voici un focus sur cette pratique. 

Téléshopping, un domaine qui reste important 

Le concept du téléachat existe en France depuis plus d’une quinzaine d’années. Il permet d’écouler environ 10 000 produits par jour. Malgré, le fait que l’e-commerce est devenu prépondérant dans la majorité des secteurs, beaucoup de personnes ont encore recours à cette mode d’achat. Selon les estimations, il y a (environ) plus de 15 000 appels par jour. Cela engendre évidemment des chiffres d’affaires pouvant atteindre 84 millions d’euros (5 % des activités du groupe TF1 en 2015).   

Conscient du potentiel du téléshopping, l’industrie de la perte de poids a investi ces émissions cultes. On trouve ainsi des produits « minceurs » qui vous promettent d’affiner votre silhouette en seulement quelques jours. Les objets présentés peuvent aller des simples infusions à des électro-stimulateurs pour les abdos ou pour les cuisses. Face aux déferlements des produits, on est en droit de savoir si c’est autorisé.   

Les compléments alimentaires « minceurs » dans le télé-achat, est-ce légal ?

Selon la législation en vigueur, la publicité de certains objets reste prohibée. Il s’agit des drogues, des armes, et des médicaments vendus sous ordonnance. Cela signifie que si une émission propose des produits dans lesquels on trouve des molécules incriminées, les responsables peuvent être poursuivis devant la justice (par les autorités ou par les associations de consommateurs).

Toutefois, la majorité des compléments alimentaires « minceurs » sur le marché sont disponibles en vente libre. En d’autres termes, vous n’avez pas besoin de l’aval de votre médecin pour en avoir. Cela signifie qu’ils peuvent être présentés dans les émissions de télé-achat sans aucun problème. Ils ne sont pas alors considérés comme des traitements médicamenteux, mais comme des suppléments d’alimentation.

Téléshopping

Télé-achat et produits « minceurs » : le futur possible 

D’après les grandes chaines de télévision qui diffusent du télé-achat (TF1 et M6), ils pensent encore à maintenir ce genre d’émission dans les 5 ans à venir. Cela démontre donc que ce concept engrange encore des bénéfices. Il y a donc deux possibilités : 

  • Les objets « minceurs » renforceront leurs présences dans les téléshoppings. C’est le scénario le plus probable, car l’industrie cherche toujours de nouveaux débouchés pour écouler leurs produits. 
  • Les fabricants des compléments alimentaires tournent le dos aux téléachats. C’est moins plausible, mais cette situation n’est pas à écarter. 

Dans tous les cas, le téléshopping reste un des moyens les plus prisés par les géants des compléments alimentaires pour faire connaître leurs produits. Cela risque encore d’être le cas durant les années à venir.