Publicité minceur à la télé : que dit la loi ?

Avec le boom des réseaux sociaux comme Intsagram ou encore Tiktok, les jeunes vouent un véritable culte au paraitre. Pour avoir plus de « j’aime », ils essayent par tous les moyens d’avoir un corps parfait. Conscient de cela, l’industrie des compléments alimentaires lance des produits « minceurs » qui promettent des résultats impressionnants en peu de temps. Les publicités s’enchainent donc à la télévision, mais est-ce légal ? Quelles sont les responsabilités des fabricants ? Focus sur le sujet. 

L’interdiction des publicités mensongères 

On voit souvent passer à la télévision des publicités pour des « produits miracles » qui vous garantit une perte de poids en un temps record. Cette pratique est fréquente dans l’industrie des compléments alimentaires, toutefois, elle est punie par le Code du commerce si elle a pour but d’induire le consommateur en erreur. Plusieurs critères sont à prendre en compte pour identifier une publicité trompeuse : 

  • Vice sur les caractéristiques essentielles du produit ou du service 
  • Inexistence du bien en question (le publicitaire essaye d’empocher l’argent sans donner rien en retour). 
  • Un caractère promotionnel factice 
  •  Nécessité d’une autre pièce indispensable pour le fonctionnement du produit 

D’autres critères peuvent être retenus par le juge pour qualifier une publicité de trompeuse. Toutefois, les points que l’on vous a donnés suffisent à reconnaitre un spot mensonger qui passe à la télévision.  

Le cas des compléments alimentaires minceur 

Pour des raisons de déontologies et d’ordre public, certains produits ne doivent pas faire l’objet d’une publicité sur tous les supports médiatiques (y compris donc la télévision). Il s’agit entre autres : 

  • Des armes : le commerce de ces équipements demeure très réglementé. 
  • Des drogues : toutes substances psychotropes pouvant causer une dépendance sont interdites de ventes, de commerces et même de consommation. 
  • L’assistance juridique : les avocats ainsi que les conseillers juridiques ne doivent pas faire des publicités pour les prestations qu’ils proposent. Mais cette pratique est tolérée outre-Atlantique. 
  • Des médicaments prescrits sous ordonnance : certains traitements requièrent l’aval d’un médecin pour que les patients puissent en avoir, comme les antalgiques du palier II ou III.

Cela signifie que certains compléments alimentaires minceurs peuvent faire l’objet d’une publicité à la télévision.

Publicités Télé

Les peines encourues en cas de manquement à la loi       

S’il est avéré que les publicitaires des produits minceur s’avèrent mensongers, le juge peut appliquer diverses sentences possibles comme : 

  • Un emprisonnement des responsables qui peut aller jusqu’à 10 ans 
  • Une amende pouvant atteindre plus de 300 000 euros 
  • Une réparation individuelle des parties lésées à cause de la publicité mensongère 
  • Des sanctions infamantes et afflictives comme privation de droits pour les responsables. 
  • Des excuses publiques ou encore des travaux d’intérêts généraux. 

À la télévision, les publicités sont encore gérées par les autorités. En cas de délit, ce sont les associations de consommateurs ou les pouvoirs publics qui portent plainte.
Mais dans les réseaux sociaux, ce sont les plateformes elles-mêmes qui choisissent les pubs à faire paraitre. Ainsi, récemment Instagram a décidé unilatéralement de bloquer toutes les publicités sur les produits minceur, peu importe leurs origines, cela dans le but de protéger la santé des utilisateurs. Cela démontre que l’autocensure fait partie des solutions pour éviter les abus des publicitaires.