L’hôtellerie sauve les meubles cette été

Certains n’ont pas attendu la fin de l’été pour sortir les calculettes et dresser un premier bilan de la saison touristique en France. Résultat : même si les chiffres sont mitigés, l’hôtellerie a réussi à sauver sa saison.

De nombreuses mesures ont été prises pour permettre la réouverture la plus large possible du secteur et ainsi aider les quelque 18.600 hôtels en France. Mi-août, le taux d’occupation moyen des chambres variait de 72 % à 80 % en fonction des régions. Un chiffre en large baisse par rapport aux années précédentes, mais qui est plus élevé que ce que certains préconisaient. D’autant plus que juillet n’avait obtenu qu’un très maigre 51 %.

L’hôtellerie reprend des couleurs, cependant le taux d’occupation est disparate en fonction des régions

Des chiffres à mettre en perspective avec ce qui se passe ailleurs. Italie et Portugal atteignaient tout juste 35 % en juillet tandis que l’Espagne ne dépassait pas la barre des 30 %.

La réalité française est cependant très disparate. Certaines zones de France métropolitaine ont bondi par rapport à l’année précédente, signe d’un afflux de visiteurs supplémentaires. Tandis que d’autres souffrent d’un manque de réservations.

La côte d’Opale, la façade atlantique, le littoral breton ont un taux d’occupation plus ou moins égal à l’année passée. En hausse pour la Manche et en léger repli pour les autres. Les hôteliers ont profité de la prudence des voyageurs (belges et hollandais principalement) qui ont joué la prudence en partant moins loin.

Un constat que dressent d’ailleurs les hôtels du pourtour méditerranéen. La fréquentation y est moindre, tout comme dans les provinces hors littoral où s’établissent généralement de grands centres de vacances. Les touristes y auront préféré un tourisme de proximité cette année.

Enfin, la situation parisienne reste préoccupante en raison de l’absence d’une clientèle étrangère asiatique et américaine. Plusieurs palaces n’ouvriront d’ailleurs pas avant septembre !