Quels sont les impacts de la végétalisation des entreprises pour les employés ?

Plantes dépolluantes, toitures végétalisées et murs florissants font des espaces de travail des endroits écologiques. Cette végétalisation des entreprises va aider les salariés à travailler dans un cadre plus propice au bien-être, notamment avec une meilleure qualité de l’air ambiant. Pour mieux comprendre le concept, le baromètre Edenred-Ipsos de 2016 a révélé que 96 % des Français confirmaient que le contact régulier avec les plantes et les espaces verts générait un sentiment d’équilibre.

La végétalisation pour un cadre de travail amélioré 

Toujours d’après l’enquête Edenred-Ipsos de 2016 sur le bien-être au travail, les Français figurent parmi les salariés les plus frustrés au travail. Pour y remédier, la végétalisation des entreprises a permis d’améliorer leur cadre de travail. Autrefois austères et déshumanisés, les espaces de travail sont désormais aménagés avec des solutions végétales plus innovantes. Ainsi, les entreprises investissent dans l’achat de mobilier urbain qui s’intègre facilement dans l’environnement de travail. Il s’agit de mobiliers de fleurissement qui serviront à cloisonner certains espaces, des bornes et colonnes végétalisées qui viennent décorer l’espace tout en y apportant de la vie. 

Les plantes vertes pour purifier l’air au bureau 

Dans les années 70 et 80, la Nasa a effectué des recherches concluantes sur la capacité de bio-épuration des plantes. Ainsi, les plantes vont lancer un échange gazeux avec l’environnement dans lequel elles se trouvent pour attirer les substances polluantes telles que composés organiques volatils (COV) libérés par la peinture, les produits d’entretien ou émanant de certains mobiliers. Dans un bureau décoré avec des plantes vertes, l’air sera plus riche en oxygène et vous bénéficiez d’une atmosphère humidifiée naturellement. Parmi les plantes dépolluantes qui viendront décorer un bureau, vous avez entre autres le palmier chamaedorea qui va aspirer la fumée de cigarettes et autres COV. Il y a aussi le Chlorophytum qui va aspirer le benzène, le toluène, le monoxyde de carbone et le xylène. Quant à l’azalée, elle va décorer l’espace avec ses jolies fleurs tout en éliminant les traces de formaldéhyde, d’ammoniac et de xylène dans l’air. Pour Christel Van Capelleveen, coordinateur du projet Plantes vertes et santé au travail chez Nigz-Work & HealthInstitut, le matériel informatique et les matériaux de construction libèrent des substances nocives pour la santé, engendrant fatigue chronique, maux de tête et gorge sèche. Ce sont donc les plantes dépolluantes comme le ficus à petites feuilles qui vont éliminer les particules et contribuer à rétablir l’équilibre de l’humidité dans l’air. 

cactus

Un potager en toiture pour le sens du partage 

Dans sa forme plus poussée, la végétalisation d’entreprise a permis d’aménager la toiture et y créer un potager participatif en pleine zone urbaine. Ainsi, les salariés s’organisent pour prendre soin du potager en y apportant les variétés d’herbes aromatiques, de légumes ou de fruits qu’ils affectionnent pour pouvoir les récolter et les ramener à la maison. Ces séances de partages sont bénéfiques, car elles contribuent à réduire le taux d’absentéisme. D’après les données de l’Association pour le développement et l’innovation en végétalisation extensive de toiture (Adivet), 25 % des entreprises privées privilégient les toitures végétalisées dans le cadre d’une démarche de Haute qualité environnementale (HQE) qui va améliorer la qualité de l’air, filtrer biologiquement les eaux de pluie, et isoler les bâtiments.