Graphiste à son compte : une piste intéressante en cette période post-confinement

Vous avez des talents de dessinateur et souhaitez vous reconvertir après la crise sanitaire ? Optez pour une carrière de graphiste indépendant, un statut utilisé par quelque 400 000 entrepreneurs en France. Cet engouement pour ce métier de la communication visuelle est compréhensible si l’on tient compte du salaire qui va de 1500 € mensuels net pour les graphistes débutants, jusqu’à 6 400 € pour les plus expérimentés. Mais quelles sont les formations à suivre et les missions d’un graphiste à son compte ? 

Se former pour devenir graphiste freelance 

Fibre artistique, créativité, inspirations et savoir-faire sont les secrets de réussite pour devenir graphiste freelance. Et comme le métier n’est pas réglementé, il n’y a pas de diplômes obligatoires. Mais si vous souhaitez vous démarquer, attirer un maximum de clients et les fidéliser, il vaut mieux suivre une formation pour devenir graphiste. Parmi les cursus envisageables, les écoles spécialisées proposent des BTS en communication visuelle, en expression visuelle ou en multimédia, avec possibilité de spécialisation en graphisme édition publicité. Pour un Bac + 3, vous aurez le choix entre la licence pro arts ou le diplôme national d’art et technique. Une année de plus et vous aurez un diplôme supérieur d’arts appliqués, et ce, pour devenir créateur concepteur ou expert en art et technique de la communication. Pour un master, le diplôme national supérieur d’expression plastique est intéressant, et il en est de même pour le Master pro sciences et technologies. Devenir graphiste avec des formations en ligne est également possible, car vous achetez des modules qui vous enseignent les bases du marketing, la pratique du graphisme, la présence web ou la relation avec les clients et le choix des tarifs à appliquer. 

Graphiste à son compte

Les statuts d’un graphiste à son compte 

Avant de pouvoir exercer librement le métier de graphiste à son compte, vous devez passer par la phase administrative. Vous choisissez ainsi un statut juridique adapté à votre profession. Parmi les structures envisageables, l’entreprise individuelle vous permet de miser sur le statut d’auto-entrepreneur. Cette solution est intéressante pour démarrer une activité avec un chiffre d’affaires annuel ne dépassant pas les 70 000 €, et ce, avec des avantages sociaux et fiscaux à la clé. L’on peut aussi fonder une société unipersonnelle, c’est-à-dire que vous optez pour une société à associé unique de type SASU ou EURL, et ce avec possibilité de développer l’activité, car il n’y a pas de limite de chiffres d’affaires. Pour vous aider à faire le calcul, sachez qu’un graphiste expert facture entre 200 à 5000 € pour une affiche, tandis que la création d’un logo d’entreprise coûte de 800 à 3500 €, et il faut compter jusqu’à 4500 € s’il s’agit d’une plaquette. 

Les missions d’un graphiste indépendant 

Suivant les demandes de son client, le graphiste indépendant va faire en sorte de véhiculer un message commercial avec des images. Cela peut être un logo, une affiche publicitaire, un emballage, un site internet ou une charte graphique réalisée en fonction de l’identité visuelle de l’entreprise ou de la marque à représenter, mais également des attentes du public cible. Pour faciliter son travail, le graphiste collabore avec un chef de projet, un designer web, des développeurs web ou des experts en communication. Pour que ce métier soit un succès, il est important d’être créatif, curieux et réactif. Parmi les outils de travail d’un graphiste freelance, les logiciels de CAO (création assistée par ordinateur), de DAO (dessin assisté par ordinateur) et de PAO (publication assistée par ordinateur) sont indispensables. Il faudra aussi avoir de solides connaissances pour mettre en place un vaste réseau de clients potentiels et les rassurer avec un portfolio intéressant pour améliorer le démarchage.