Qu’est-ce que la finance de marché ?

Opposée à la finance planifiée si chère à l’ex-URSS, la finance de marché est un socle de l’économie de marché. À l’échelle nationale, elle est essentielle à l’existence et à la pérennité d’un État. Pas de mouvement d’argent, pas d’économie. Et plus l’argent y circule, plus un État ou une région est économiquement efficace. Il en va de même sur l’échiquier mondial. Entre les pays et les territoires, il existe un mouvement hyperactif de la finance de marché. Par conséquent, pratiquement aucun État, ni aucune région ne peut vivre séparément (en autarcie).  Voyons concrètement ce que renferme la finance de marché.

La finance de marché, c’est quoi exactement ?

Au contraire de la finance planifiée qui subit la mainmise de l’État, la finance de marché a un champ très étendu et quasiment illimité. Elle regroupe tous les marchés financiers et s’intéresse à leurs fonctionnements, opérations et acteurs, aussi nombreux et diversifiés soient-ils. Les marchés financiers sont essentiellement des systèmes organisés d’échanges de monnaies, de leurs équivalents ou analogues. Ces systèmes permettent des mouvements constants de fonds entre divers acteurs. Il est clair que chaque participant a ses propres intérêts, qui forment la base de diverses relations. C’est ce qui détermine la flexibilité des marchés financiers. La flexibilité, dans ce contexte, se réfère à la capacité de fournir de l’argent rapidement et efficacement aux acteurs du marché, en fonction de leurs besoins.

Crypto-monnaies
En finance de marché, un nouveau marché est né. On assiste à une ruée vers le Bitcoin et plusieurs autres crypto-monnaies.

Objets des négociations sur les marchés financiers

Tout d’abord, les outils dont disposent les acteurs des marchés financiers comprennent la « quasi-monnaie ». Cette dernière est facilement et rapidement transformable en moyen de paiement. Les acteurs négocient différentes devises (GBP, EUR, USD, …), les actifs très liquides, les dépôts bancaires, les passifs financiers, les stock-options et des contrats à termes. Et récemment, nous assistons à la montée d’une nouvelle «vedette », les crypto-monnaies dont la plus connue est le Bitcoin.

Vous comprendrez que la monnaie (ou l’argent) ne peut pas, à elle seule, être la finance. La finance est un concept économique plus large. Elle désigne le mouvement et l’utilisation d’une grande variété de fonds, y compris cibles et non cibles. Et la monnaie est un concept historique unique, soutenu par de l’or, et dénotant l’équivalent de tout ce qu’une personne a fait de sa propre main, c’est-à-dire son travail investi.

Quid des marchés financiers modernes ?

Les marchés financiers modernes sont très conservateurs. Presque tout est vendu et tout est acheté. Et c’est un postulat invariable à tout moment. En revanche, l’ensemble des instruments des marchés financiers sont en constante évolution. Le principal est la monnaie. De nombreux pays ont les leurs, ainsi qu’une certaine quantité de réserve d’or qui fournit la valeur de la monnaie nationale. Grâce à cela, une devise est «plus chère» et l’autre relativement «moins chère ». Pour cette raison, le monde échange depuis longtemps des monnaies. Autrement dit, vous pouvez acheter une devise contre une autre et gagner sur la différence de leurs valeurs. En conséquence, les marchés des changes se développent et gagnent du terrain. Ils sont même devenus très influents dans de nombreux pays.

Outre les marchés des devises, il existe également des marchés boursiers qui se développent non moins rapidement. Les principaux sujets de négociation sont les titres financiers (des actions, des obligations et des options). Leur production est appelée « émission », et l’entité qui les produit est appelé « émetteur ». Les titres certifient le droit qu’ont leurs propriétaires sur certains biens. En règle générale, la propriété est considérée comme une grosse somme d’argent.

Nécessité d’une régulation

Tirant les leçons de la crise de 2007-2008, les institutions internationales et les États décident de modifier la régulation des activités financières. En effet, c’est eux qui ont dû supporter le coût du sauvetage des activités bancaires et de l’économie réelle. Cela les a conduit à reconsidérer la régulation des activités bancaires et financières. Il leur a fallu renforcer les exigences de liquidité et de solvabilité des activités bancaires pour éloigner les risques systémiques ayant bloqué le marché monétaire interbancaire. En outre, les comportements beaucoup trop spéculatifs et hasardeux des agents financiers sont désormais sensiblement réduits grâce au pouvoir de contrôle des banques centrales.

Régulation de la finance et marché
En France, l’Autorité des marchés financiers (AMF), l’Autorité de contrôle prudentiel et de régulation (ACPR) et le ministère chargé de économie et des finances constituent les principaux acteurs de régulation de la finance de marché. Les différentes actions de ces acteurs sont coordonnées par une autre entité, le Haut Conseil de stabilité financière.

Finance de marché : qui en sont les acteurs ? 

Les marchés financiers modernes ont des structures très diversifiées, possèdent leurs caractéristiques propres et utiliser un large éventail d’outils. Ils doivent apprendre à employer ou confier à des professionnels bien formés le travail laborieuse qui assure leur pérennité. Il y a beaucoup de ces professionnels en finance de marché. Ce sont eux qui, pour ainsi dire, font tout le jeu. Cependant, il faut noter que de nombreux participants ont leur propre spécialisation. Elle est déterminée par la forme et la direction des transactions effectuées par les acteurs.

En fait, les participants aux marchés financiers modernes peuvent être divisés en deux principaux groupes. 

  • Le premier concerne les vendeurs et les acheteurs des instruments financiers. Les traders travaillent sur tous les sites possibles. Vous les trouverez sur le marché du crédit, les bourses des valeurs mobilières, le marché des changes, le marché de l’assurance, sur les spéculations sur l’or et même le marché prédictif.
  • Le deuxième groupe comprend les intermédiaires. Ils remplissent la fonction la plus importante de fournir des contacts intermédiaires entre deux parties, vendeurs et acheteurs. D’une part, ce sont des entreprises qui desservent les principaux acteurs des marchés financiers modernes. Mais de l’autre, ces structures dites intermédiaires sont directement impliqués dans la mise en œuvre des contrats, des accords et des transactions. Par conséquent, on trouve souvent des organisations qui sont à la fois partie ( vendeur ou acheteur) et un intermédiaire.

Et ce n’est pas tout ce que l’on peut dire sur les acteurs des marchés financiers modernes. La finance de marché est multiforme et sans limites. Avant de commencer à investir et à essayer de travailler avec des instruments financiers, prenez le temps de vous faire une idée des différents concepts des marchés financiers modernes, des types d’activités possibles, d’étudier le langage financier et la terminologie, de comprendre le rôle de l’État et comment s’applique la réglementation.

Chaque investisseur (débutant ou expérimenté) a besoin de liberté d’action, d’un accès rapide et pratique à ses fonds et instruments financiers. Il lui faut alors un compte titre. Grâce à lui, l’investisseur peut garantir la disponibilité constante des fonds, ainsi que la sécurité et la fiabilité des transferts, sans lesquels il est impossible d’imaginer une activité d’investissement réussie.