banner ad
banner ad

Valenton

Article 11/18 du Dossier | Grand Paris historique

valenton_place du chapeau à cornes poste_1_m

Valenton vue aerienne au dessus du CPSM

Valenton vue aérienne 5

Valenton tour de la belle Gabrielle

Valenton salle omnisports

Valenton rue des Vignes

Valenton montée de la Grande Rue 2

Valenton multivues 2

Valenton les Charmilles int

Valenton la maison des jeunes du batiment

Valenton la mairie

Valenton grande rue et grille du château

Valenton Grande rue 8

Valenton grande rue 4

Valenton foyer des fonctionnaires

Valenton eglise 1907 B

Valenton ecole

Valenton château et parc de la Tourelle

Valenton centre de rééducation

Valenton Pompadour etang

EN IMAGES. L’existence de Valenton remonte au VIème siècle, lorsque s’y installe une première communauté rurale qui dépend de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Au XIIIème siècle, Valenton est le siège de deux seigneuries et a pour principale activité la viticulture. On dénombre que 250 habitants en 1726. Au XVIIIème et XIXème siècles, de grandes propriétés comportant des « châteaux » sont édifiées. Le château des Tourelles est un bel exemple.

Le château des Tourelles en 1923

Le château des Tourelles en 1923

En 1776, Louis-Jean-Charles de Boullenois, conseiller à la cour des comptes, qui fut maire de Valenton, achète le domaine des Tourelles. À sa mort, la propriété est vendue en deux parties séparées par le rû de Gironde. Victor Dupin, propriétaire en 1885, fait édifier un nouveau château, celui de la Tourelle, dans le parc de l’ancien château de Valenton alors en ruine et dont il ne subsiste que des communs et la fameuse tourelle classée.

Il restera aussi jusqu’en 2006 le château des Charmilles.

Château des Charmilles

Château des Charmilles

La propriété du Château des Charmilles a appartenu à Gustave-Louis-Adolphe-Victor-Charles Chaix d’Est-Ange (1800-1876), avocat célèbre sous la Restauration, bâtonnier du barreau de Paris, puis sénateur sous le Second Empire, et fameux héraldiste. Situé dans le village anciennement au rond point du Chapeau-à-Corne, le bâtiment harmonieux, fut très joliment restauré et au XXème siècle abrita un établissement privé de rééducation fonctionnelle.

La construction d’une résidence privée pour les personnes malades entraîne en 2006 la démolition du château, celui-ci n’étant pas adapté à cet usage.

Le parc conserve encore quelques vestiges du domaine historique dont un portail surmonté de deux lions sculptés, une rivière artificielle et probablement une glacière.

Enfin on trouve encore des traces de ces domaines au travers des différents parcs encore présents aujourd’hui sur le sol de la commune, dont le parc de la Libération et le parc Jacques-Duclos.

Au tout début du 20e siècle, Valenton est encore un petit village rural et la population a à peine augmenté avec moins de 1000 habitants. Les terres sont occupées en grande majorité par de grandes fermes et des jardins potagers. Ainsi la viticulture est peu à peu remplacée par des arbres fruitiers, des légumes ainsi que l’élevage des bovins et des ovins. Les habitants vivent essentiellement de la vente de leurs produits dans les foires et les marchés des alentours.

Après la Première Guerre mondiale, la population va commencer à augmenter. Ainsi en 1936, le village compte 2448 habitants. Deux nouveaux quartiers d’habitations sont en construction: les Vignes et le Val Pompadour. Ce quartier du Val-Pompadour s’agrandit rapidement jusqu’à compter 900 habitants au début de la Seconde Guerre mondiale. Un commencement de développement économique voit le jour et les voies de chemin de fer participent largement à cette expansion économique. En effet, la ville connaît un apport massif d’une population ouvrière qui en moins d’une décennie va être plus importante que la population agricole « autochtone ».

Entre avril et août 1944, la ville de Valenton est durement touchée par les bombardements anglo américains sur la gare de triage de Villeneuve-saint-Georges qui font 41 morts, 66 bléssés et 800 sinistrés. Le Val-Pompadour en ressort quasiment rasé.

Bombardements sur le Val Pompadour. Immeubles détruits sur la N6 entre les rues Jaurès et Curie

Bombardements sur le Val Pompadour. Immeubles détruits sur la N6 entre les rues Jaurès et Curie

Sur les 510 immeubles de la ville, 274 immeubles seront détruits. Mais la détermination et l’engagement du conseil municipal et des Valentonnais permettent au quartier de Val-Pompadour de reprendre forme au fil des décennies. La zac* départementale du Val-Pompadour en est aujourd’hui le résultat.

Fernande Flagon

Fernande Flagon


En 1947, Fernande Flagon est élue maire de Valenton. c’est une des premières femmes maires en France. Elle va initier la construction des logements collectifs, ce qui attire les ouvriers quittant Paris. Ainsi en 1968, la Ville compte 10 539 habitants, chiffre qui progressera très peu dans les décennies suivantes. La municipalité accompagne ce développement urbain en faisant limiter les hauteurs des constructions, en préservant les espaces verts et en faisant réaliser des équipements publics dans chaque cité.

Avec l’industrialisation de l’exploitation du sablon, une mosaïque de petits bassins investit le site de la Plage Bleue qui au début du siècle accueillait de fertiles cultures maraîchères. Au milieu des années 60, un de ces plans d’eau fut peu à peu adopté par les promeneurs et baigneurs de Valenton, et devint la célèbre « Plage Bleue ».

La plage bleue

La plage bleue

Dans les années 80, les autorités décident de fermer le plan d’eau au public et un projet d’assainissement est lancé. Ainsi le Département et la commune de Valenton prévoient la création d’un espace naturel de 40 hectares, dans une volonté de renforcer la présence de la nature sur le territoire.
Le pari est réussi, puisque l’originalité de ce parc contemporain lui a valu le trophée du paysage en 1993, ainsi qu’une mention dans les prix de l’aménagement urbain 1994, décernés par le Courrier des maires et des élus locaux.

L’urbanisation se poursuit, et à partir de la décennie 1980, la commune devient maîtresse de son aménagement et engage une action en faveur de l’implantation d’activités économiques. La population progresse plus faiblement et malgré les créations des Zac du Val Pompadour et du Colombier, avec la réalisation de 700 nouveaux logements, la commune ne compte aujourd’hui qu’environ 13 000 habitants. C’est le résultat du choix exprimé par la municipalité de ne pas rompre l’équilibre espaces habités / espaces verts. Valenton devrait être survolée dans quelques années par le premier projet de téléphérique urbain en île-de-France.

Album photos complet sur Gpmetropole Valenton

Sources:
http://arev-valenton.fr/ pour les passionnés d’histoire!
http://www.valenton.fr/
http://valenton.6mablog.com/

Suite du Dossier<< ChavilleRosny-sous-Bois >>

A LIRE SUR GRAND PARIS METROPOLE

×

1 Comment on "Valenton"

rétrolien | Commentaires sur la Flux RSS

  1. RENAUD dit :

    Bonjour,
    Merci j’ai apprécié de revois des photos et lire les commentaires sur la commune .
    J’ai habité Valenton à la cité « du 30 » ( 30 rue du Cl Fabien) au BAT E1.

    Merci encore.

Envoyer un commentaire