banner ad
banner ad

Plaine centrale… (T11) : Une identité difficile à cerner

Article 9/22 du Dossier | Création de la Métropole du Grand Paris

PORTRAITS DES TERRITOIRES. Avec 113,9 km2, cette réunion Plaine centrale-Haut Val-de-Marne-Plateau Briard est le plus grand territoire de la future métropole mais aussi l’un des moins peuplés. Entre villes mariées ou exclues de force, son périmètre suscite une opposition unanime des élus LR et Front de Gauche.

Plaine centrale

Des plaines de Noiseau aux choux de Créteil – Crédits : besopha, O. Delahaye

Ce vaste territoire s’étend des plaines céréalières bordant la Seine-et-Marne jusqu’aux portes de Paris. Il intègre trois nouvelles villes aux trois communautés d’agglomérations déjà existantes. Créée le 1er janvier 2001, Plaine centrale ne comprend que trois villes, Créteil, Alfortville et Limeil-Brévannes, mais compte près de la moitié de la population de ce nouveau territoire avec respectivement 89 845 habitants pour la première et 44 397 pour la seconde. Politiquement, les deux villes pèseront d’autant plus lourd qu’elles ont à leur tête Laurent Cathala, député maire depuis 1977, et Luc Carvounas, sénateur maire et proche de Manuel Valls dont il fut le directeur de campagne lors des primaires du Parti socialiste avant de devenir le directeur de campagne de Claude Bartolone pour les régionales.

La deuxième communauté d’agglomération est celle du Haut Val-de-Marne qui regroupe sept communes : Sucy-en-Brie (26 241 habitants), Le Plessis-Trévise, Boissy-Saint-Léger, Chennevières-sur-Marne, Ormesson-sur-Marne, La Queue-en-Brie et Noiseau (4 741 habitants). Présidée par Jean-Jacques Jegou du MoDem, elle penche à droite de l’échiquier politique à l’exception de Boissy-Saint-Léger toujours tenue par le PS. La troisième entité est la communauté de communes du Plateau Briard. Ne comptant que 27 477 habitants, elle était composée de six communes sans véritables couleurs politiques : Mandres-les-Roses, Marolles-en-Brie, Périgny-sur-Yerres, Santeny, Villecresnes et Varennes-Jarcy (Essonne). Cette dernière a décidé de ne pas intégrer la métropole du Grand Paris. Craignant de perdre le contrôle de son développement urbain, cette commune de 2 500 âmes devrait rejoindre la communauté de communes de l’Orée de la Brie.

Trois nouvelles villes et trois mécontents

Bonneuil-sur-Marne, Valenton et Villeneuve-Saint-Georges intègrent ce territoire à leur corps défendant. Si la première n’appartenait à aucune intercommunalité, les deux autres étaient parties prenantes de l’opération d’intérêt national (OIN) Orly-Rungis-Seine Amont. D’où leur fureur. Pour Sylvie Altman, maire PCF de Villeneuve-Saint-Georges : « Ce scénario est en rupture avec l’histoire des projets, des coopérations et avec le travail collectif engagé sur ce territoire, que ce soit à travers le contrat de développement d’intérêt territorial (CDIT) et l’association des maires du Grand Orly ou à travers l’opération d’intérêt national (OIN) ».

Sans détour, les élus de la communauté d’agglomération de Seine Amont et de Valenton qui organise une votation citoyenne dénoncent un arrangement politicien : « Contre toute logique de projet, Manuel Valls rattache les communes de Valenton et Villeneuve-Saint-Georges au territoire de « Plaine-Centrale-Plateau Briard », tandis que Maisons-Alfort et Saint-Maur-des-Fossés, voisines et insérées entre Créteil et Alfortville, sont rattachées au territoire de l’ACTEP dont ni l’une ni l’autre ne font pourtant partie ! Le Premier ministre s’emploie à un charcutage bien grossier pour tenter d’assurer une majorité à ses amis ».

La droite vent debout

Les élus LR, Modem et centre-droit du territoire s’opposent eux aussi ce découpage. Jean-Jacques Jégou, Président MoDem de la communauté d’agglomération du Haut Val-de-Marne, menace : « Quinze des dix-huit communes concernées par ce territoire ne sont pas d’accord. S’il le faut, nous refuserons de siéger ». Et ces élus de s’exclamer : « Comment ne pas voir dans ce périmètre qui fait l’unanimité contre lui, à l’exception des villes de Créteil et d’Alfortville, un territoire taillé sur mesure pour un leadership socialiste ? » Si ces élus souhaitent que Villeneuve-Saint-Georges et Valenton ne soient pas intégrés de force dans le T11, ils plaident pour l’intégration de Saint-Maur et Maisons-Alfort.

Les présidents du Haut-Val-de-Marne et du Plateau Briard ont d’ailleurs envoyé une lettre-pétition à la préfecture de région pour protester contre l’« inacceptable » absence de Maisons-Alfort et Saint-Maur. En fait, le seul à défendre à voix haute ce découpage est le sénateur-maire PS d’Alfortville. Pour Luc Carvounas : « Il est normal que les lignes aient bougé entre la présentation des hypothèses en mai 2015 et la nouvelle carte. Ces attaques des élus PCF et LR contre la nouvelle carte s’inscrivent dans la continuité d’une alliance tactique contre le PS, historique dans le Val-de-Marne ».

Un avenir très confus

Le Grand Paris Express, mis à part Créteil, n’irriguera guère ce territoire assez disparate et peu urbanisé. Du côté des contrats de développement territorial (CDT), il est difficile de s’y retrouver. Le Plateau Briard n’avait signé aucun Contrat de développement et la communauté d’agglomération du Haut Val-de-Marne, concernée un temps par l’accord cadre du CDT des Boucles de la Marne, ne l’est plus dans le texte validé le 22 juin 2015. Quant au contrat de développement territorial « Les Grandes Ardoines », il a été signé en décembre 2013 par Jean Daubigny avec des représentants de Seine-Amont, mais aussi de Plaine Centrale et notamment d’Alfortville. Enfin, des villes comme Bonneuil-sur-Marne et Sucy-en-Brie ne sont concernées par aucun CDT. Entre tiraillements politiques, refus de certains d’y entrer, disparités entre villes urbanisées et bourgs résidentiels, ce territoire va avoir bien du mal à se forger une identité.

T11, Plaine Centrale – Haut-Val-de-Marne – Plateau Briard

Population (INSEE 2012) : 351 647 habitants
Superficie : 113,9 km2
Conseillers métropolitains : 19
Conseillers territoriaux : 82
Villes :
Alfortville
Boissy-Saint-Léger
Bonneuil-sur-Marne
Chennevières-sur-Marne
Créteil
Limeil-Brévannes
Mandres-les-Roses
Marolles-en-Brie
Noiseau
Ormesson
Périgny
Le Plessis-Trévise
La Queue-en-Brie
Santeny
Sucy-en-Brie
Valenton
Villecresnes
Villeneuve-Saint-Georges

Territoires de la Métropole du Grand Paris

Territoires de la Métropole du Grand Paris

 

Suite du Dossier<< Michaël Silly : « La Métropole doit mettre l’habitant au cœur de son processus »Nicolas Buchoud : « Pour une Constituante du Grand Paris » >>

A LIRE SUR GRAND PARIS METROPOLE

×

Envoyer un commentaire