banner ad
banner ad

Paris Île-de-France Capitale Economique veut une aérotropolis à Roissy

| 11/02/2016 | 1 commentaire

Lors du 3e Forum du Grand Paris organisé par Paris Île-de-France Capitale Economique (PCE) ce 11 février, le président de Cisco France, Robert Vassoyan a présenté sept propositions en vue de faire de Paris-Roissy le premier hub aéroportuaire en Europe. Sous l’angle de l’attractivité, le principe est celui de l’aérotropolis, ville-aéroport se développant autour des échanges mondiaux. PCE souhaite pour cela constituer un « do tank ».

Selon Robert Vassoyan, « Paris-Roissy a impérativement besoin d’une autorité dédiée et portée au plus haut niveau. Les grands hubs de l’économie des échanges internationaux (Amsterdam, Atlanta, Dubaï …) bénéficient d’une stratégie à long terme partagée par tous et d’un soutien sans faille de leur gouvernement. » Président de PCE, Christian Nibourel abonde : « Paris-Roissy est un territoire stratégique du Grand Paris, avec un potentiel unique de près de 130 000 emplois. Notre association est prête à mobiliser ses membres pour saisir cette opportunité. Il s’agit d’enclencher une dynamique, notamment grâce au numérique qui permet aujourd’hui le développement d’une gamme de services innovants et différenciant pour le territoire. »

Les sept propositions :

1 – Installer une gouvernance unique: les entreprises membres de l’association s’engagent à agir mais ont besoin d’une autorité décisionnaire qui réunisse acteurs privés et publics pour assurer le pilotage coordonné des projets et aussi favoriser l’accès à l’emploi des habitants du territoire. Il s’agit notamment d’installer un guichet unique pour les entreprises qui souhaitent y investir.

2 – Développer un hub aéroportuaire compétitif : il s’agit de capter davantage de flux en attirant plus de grands opérateurs (DHL, Alibaba…), de développer une offre intermodale, qui s’appuie notamment sur le hub TGV de Paris-CDG, de nouvelles lignes de bus vers le bassin parisien. Le respect des délais de réalisation de la ligne 17 du Grand Paris Express, de CDG-Express et le bouclage de la francilienne seront essentiels. Retrouver un leadership européen pour le fret cargo en augmentant les lignes internationales, notamment vers la Chine, en révisant les procédures de dédouanement et en priorisant l’accès à la plateforme aéroportuaire pour des activités en lien direct avec les flux de voyageurs et de fret aérien sont également des priorités pour renforcer la compétitivité.

3 – Structurer un cluster mondial de l’économie des échanges internationaux : attirer des entreprises, dont des start-ups, leader des objets connectés, de l’e-commerce, des showrooms reste une priorité ainsi que le maintien d’un pôle de tourisme d’affaires mondial. Le développement d’une offre de tourisme adossé au tourisme d’affaires doit également s’enclencher. Il repose principalement sur la réalisation du quartier d’affaires international du Triangle de Gonesse et d’EuropaCity, l’extension du Parc des Expositions de Paris Nord 2 ou encore le développement de séjours médicalisés en provenance de l’étranger.

4 – Positionner Paris-Roissy comme un territoire fer de lance de la ville connectée : les technologies numériques permettront d’améliorer considérablement la qualité de services aux clients, notamment par l’implantation de cabines de télé-présence, incluant des services à distance, permettant par exemple la délivrance de duplicatas de passeport, de certificats de vaccins, ou encore par le déploiement du wifi haute qualité… en pleine collaboration avec les acteurs de sécurité. Le partage des données, l’existence d’outils de mobilité et des « Smart Work Centers », plateformes de Co-Working sont également indispensables pour fluidifier les circulations sur le territoire.

5 – Constituer un pôle européen de formations d’excellence qui réponde autant aux besoins croissants des entreprises qu’à celui des populations locales, où le chômage des jeunes atteint parfois 40%. Il passe par le déploiement de technologies d’e-learning pour atteindre tous les publics, la mise en place de filières spécialisées, l’information et l’orientation des élèves, l’intensification de l’enseignement des langues, mais aussi l’amplification de l’effort d’analyse des filières à 3-5 ans avec les acteurs clefs du territoire.

6 – Embellir le territoire autour d’un axe accueillant, vitrine de la France : l’embellissement de l’axe Paris-centre –Paris-Roissy est l’occasion de mettre en scène un pays en mouvement par l’usage du digital. Il s’agit d’en faire une vitrine des principales industries (aéronautique, automobile …) et de promouvoir les architectures exceptionnelles (évolution sur le site de PSA, EuropaCity), tout en préservant les espaces verts.

7 – Dernier élément du dispositif, mais non le moindre, la promotion du territoire devrait être unifiée et internationale en ciblant l’économie des échanges, mais aussi les industries de pointe (notamment l’aéronautique, la pharmaceutique, les biotechnologies) en mettant en avant les atouts du territoire sur l’innovation et le développement durable.

A LIRE SUR GRAND PARIS METROPOLE

×

1 Comment on "Paris Île-de-France Capitale Economique veut une aérotropolis à Roissy"

rétrolien | Commentaires sur la Flux RSS

Envoyer un commentaire