banner ad
banner ad

Ormesson-sur-Marne

Article 8/18 du Dossier | Grand Paris historique

Ormesson-sur-Marne-Le-C-E-S-St-Exupery

ORMESSON-SUR-MARNE-CHATEAU-DE-GROS-BOIS

Ormesson-sur-Marne-l-avenue-Henri-Peuteuil-deserte

ORMESSON-LE-CHATEAU-LE-VESTIBULE

Ormesson vue d'ensemble

Ormesson sanatorium retour de promenade

Ormesson sanatorium

Ormesson vallée d'Amboise

Ormesson sanatorium (2)

Ormesson rêve de paris 2

Ormesson le château et l'avenue

Ormesson les coteaux

Ormesson le chateau 3

Ormesson la classe du Sanatorium

Ormesson dortoir du sanatorium

Ormesson cafe av Charles de Gaulle

Ormesson A l'ami alcide

Ormesson - le chateau vers 1910

Ormesson - le Chateau 1

Ormesson - A l ami Charles

EN IMAGES. La ville d’Ormesson-sur-Marne (Val-de-Marne) a grandi autour de son château, construit au XVIème siècle par Louis Picot de Santeny. Samedi 19 et dimanche 20 septembre de 10 heures à 12 heures et de 14 heures à 16 heures, à l’occasion des journées du Patrimoine, les grilles et les portes de ce lieu historique vont s’ouvrir pour la toute première fois.

Le château d'Ormesson

Le château d’Ormesson

Aux XIIe et XIIIe siècles, Ormesson porte le nom d’Amboile. Nom porté par Jean d’AMBOILE, suzerain d’Hugues de Valenton et Guy d’AMBOILE, propriétaires des terres du village.

Durant le XIVe siècle, ces terres changeront à plusieurs reprises de propriétaires. En 1598, Louis II Picot rachète Amboile au Marquis de Malespine. En 1619, le château et les terres d’Amboile sont vendus à Nicolas le Prévost, conseiller du Roi. Au XVIe siècle, Amboile aurait été vendu aussi au Cardinal de Birague, alors chancelier de France.

« La tradition rapporte que Louis PICOT de SANTENY construisit le château. La tradition va même plus loin. Elle prétend qu’Henri IV fit surgir Amboile de ses eaux pour l’offrir à Gabrielle de Santeny, épouse de Louis PICOT, laquelle était belle et aimée du Roi » nous dit le Comte Wladimir d’Ormesson dans son livre « La ville et les champs » publié en 1958 chez Fayard.

Enfin, André LE FEVRE, seigneur d’Ormesson vînt s’établir à Amboile. La commune prend alors le nom de cette illustre famille. Vers 1720, Olivier d’Ormesson rachète la terre de Noiseau au chevalier de Grieux. Noiseau est réunie au domaine d’Ormesson en 1754.
En octobre 1758, Louis XV, par lettres patentes données à Versailles, éleva au rang de marquisat le domaine d’Ormesson. Ce nom sera désormais donné aux château, paroisse et village d’Amboile, et aux fiefs, terres et seigneuries qui s’y rattachent : Noiseau, Chennevières, Les Bordes, Montlevés et la Queue-en-Brie en partie. Il sera conservé même pendant la Révolution.
L’acte fut fait en faveur de Marie François d’Ormesson et de ses descendants. Le marquisat s’étendait : « Sur ses terres et les huit clochers qui en dépendaient ». Dès lors, le nom d’Amboile disparut.

Le Mortbras au Moulin d'Amboile, sur le commune de Sucy-en-brie

Le Mortbras au Moulin d’Amboile, sur le commune de Sucy-en-brie

Un ancien moulin cependant situé sur la rive droite du Mortbras, affluent de la Marne, continua de s’appeler Moulin d’Amboile. Ce moulin fut acheté en 1492 par Denis de Bidault, appartiendra aux seigneurs d’Amboile puis d’Ormesson jusqu’à la Révolution. Il sera en partie détruit par la guerre de 1870. En 1885, une société belge y installe une fabrique de cartouches de tir avant que le moulin tombe en ruine en 1892.

Ce n’est que par décret du 19 janvier 1927 que la ville d’Ormesson prendra son nom actuel de ORMESSON-sur-MARNE.

C’est grâce aux registres paroissiaux et d’état civil, en excellent état de conservation, que l’on peut reconstituer la vie de ses habitants.

La première population connue est de 276 habitants en 1726 répartie dans des habitations de part et d’autre du château, principalement dans le secteur actuel de la rue de l’Eglise et de l’Impasse de la Mairie. Puis la population d’Ormesson a diminué constamment jusqu’en 1861 (125 habitants). Cinq années plus tard, elle avait augmenté de 25 habitants, mais la guerre de 1870 a fait redescendre ce chiffre au plus bas, avec seulement 96 habitants. Elle ne dépassera les 200 habitants qu’en 1901, grâce à l’appoint des pensionnaires du sanatorium, la population municipale étant alors de 194 habitants.

Ormesson dortoir du sanatorium (2)

Créé en 1888, cet établissement était à l’origine un sanatorium pour enfants qui a le restera pendant plus de 75 ans sous l’égide de l’Oeuvre des Enfants Tuberculeux. En 1965, l’établissement se convertit en Centre Orthopédique Spécialisé. L’œuvre change de nom pour devenir l’Oeuvre d’Ormesson et de Villiers. En 1979, l’établissement devient Centre de Rééducation et de Réadaptation Fonctionnelles agréé mais à partir de 1982 l’activité en baisse a conduit le conseil d’administration à envisager une nouvelle orientation qui se concrétise en janvier 1988 par l’ouverture d’une Maison d’Accueil Spécialisée (MAS) pour Adultes Handicapés.

Le nombre des Ormessonnais continue à croître lentement jusqu’en 1921. La légère baisse enregistrée entre 1906 et 1911 est due à la fermeture du sanatorium.

Trois ans après l’Armistice de 1918, on dénombre 331 habitants et l’extension des lotissements fera monter la population en flèche : 3 802 habitants en 1936, 8 367 en 1968 et actuellement 10 003 (au 1er janvier 2014).

Album photo complet sur Gpmetropole Ormesson

Sources:
http://www.ville-ormesson-sur-marne.com/Son-histoire
http://www.mas-ormesson.org/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Amboile#Le_moulin_d.27Amboile

Suite du Dossier<< CoubronGennevilliers >>

A LIRE SUR GRAND PARIS METROPOLE

×

Envoyer un commentaire