banner ad
banner ad

Montreuil-sous-bois

Article 3/18 du Dossier | Grand Paris historique

Montreuil sous bois tramway Porte de Montreuil

Montreuil sous bois souvenirs

Montreuil sous bois rue etienne marcel

Montreuil sous bois rue de paris et la poste

Montreuil sous bois rue de paris et Etienne Marcel

Montreuil sous bois rue de paris 9

Montreuil sous bois rue de paris 1960

Montreuil sous bois rue de l'usine

Montreuil sous bois rue de l'eglise 4

Montreuil sous bois rue de l'eglise 3

Montreuil sous bois multivies 1909

montreuil sous bois marché aux puces GI1987

Montreuil sous bois les ecoles rue de montreuil

Montreuil sous bois Fabrique de jouets Usine_JEP

Montreuil sous bois ecole Colmet Lepinay 2

Montreuil sous bois clos francais

Montreuil sous bois clos des peches

Montreuil sous bois Bd de l hotel de ville

Montreil sous bois rue de paris et la poste 2

Limites de Montreuil en 1764-1773 coll musee histoire vivante

Montreuil est peuplé depuis le Néolithique et des vestiges de l’époque mérovingienne ont été découverts rue Ernest Savart. Durant la période celtique la ville était peuplée par les Parisii.

Depuis le Moyen Âge, le cœur du village est regroupé autours de l’église, c’est la principale zone d’habitation.Ce correspond aujourd’hui à au quartier délimité par la N302 et la rue de Rosny comprenant la cité Jean-Moulin Condorcet, le lycée Jean-Jaurès et la mairie.
Dès cette époque le territoire se divise en deux zones. La première, située au sud-ouest de la ville, est constituée d’une plaine défrichée dès le Xe siècle et forme le Bas-Montreuil. La seconde, située du nord-est au nord-ouest du terroir, forme le Haut-Montreuil. Sur le Haut-Montreuil sont installés les grands domaines de Tillemont, Montreau, la Boissière qu’on retrouve aujourd’hui dans les noms de certains quartiers.

Sous le règne du roi Hugues Capet, le terroir de Montreuil-sous-Bois relevait du comté de Paris et sur le plan religieux du diocèse de Paris. En 1070 la seigneurie de Montreuil était défendue par le chevalier Morard de Montreuil, premier seigneur vassal du roi, qui y vivait avec son frère le marchand Barthelemy.

Dès 1260, les sources de la ville de Montreuil alimentent en eau le château de Vincennes. En échange, en 1360, les Montreuillois sont exemptés d’une quantité d’impôts, à condition qu’ils entretiennent à leurs frais les fontaines de Montreuil, qui alimentent le vivier du château.

Le village prend de l’importance et devient au XIIème siècle un lieu de prédilection pour le haut clergé et les puissants seigneurs. Ce développement s’organise autour de la construction de l’église Saint-Pierre-Saint-Paul, qui devient le lieu de culte du roi et de la cour en résidence à Vincennes. Le roi Charles V et sa première femme, Jeanne de Bourbon, y sont baptisés. À cette époque, la ville Montreuil englobe les territoires de 2 autres villes: Bagnolet et Vincennes.

Eglise Saint Pierre Saint Paul

Eglise Saint Pierre Saint Paul

Durant la période moderne, entre le XVIe et le XVIIe siècle, le territoire de La Pissotte situé au sud de la ville fait l’objet d’une lutte acharnée pour sa possession. En 1667, la partie sud de Montreuil, comprenant La Pissotte, le château, la maison royale, le donjon, la Basse-Cour de Vincennes et les lieux en dépendant, est définitivement soustraite pour former Vincennes.
Les rues de Montreuil sont nombreuses, mal entretenues, tortueuses et étroites. Elles convergent toutes vers le centre de la ville. Parmi les rues de cette période, certaines portent des noms évocateurs qui ont depuis changés.
On trouve ainsi la rue du Pré (qui est aujourd’hui la rue du Capitaine-Dreyfus), la rue du Milieu (rue Victor-Hugo), la rue du Bout-de-la-Ville (rue François-Debergue), rue Marchande (rue Alexis-Pesnon et une partie de l’avenue de la Résistance), rue de la Cuve-Dufour (rue Alexis-Lepère), rue aux Ours (rue Franklin), rue Basse-Saint-Père (rue de Romainville), rue Haute-Saint-Père (rue Danton) et la rue de l’Orme-qui-ne-Dort (rue Rochebrune).
L’axe est-ouest de la ville est quand à lui desservi par la rue de Rosny (chemin de Rosny à cette époque). La ville est aussi traversée en tous sens par les chemins d’exploitation des cultures maraîchères qui sont particulièrement importantes et nombreuses à cette époque. Sur les coteaux de la ville on cultive la vigne. Mais la culture la plus importante est celle des pêches, activité qu’on trouve dès le XVIIème siècle.

Montreuil sous bois Carriere et MursPeches

Grace à l’introduction de la culture en espalier, dite du « pallissage à la loque », le long de murs en plâtre qui permettent de protéger les arbres du vent et du froid, la culture des pêches devient rapidement la principale source de richesse de la ville avec une production en forte augmentation. Sur 800 familles, 600 s’occupent de la culture des pêchers. Les pêches de Montreuil sont devenues fameuses et vont approvisionner les tables des souverains de l’Europe jusqu’au début du XXe siècle. Les murs à pêches sont encore visibles de nos jours sur le plateau du haut dse Montreuil entres les rues de la Nouvelle France, rue de Rosny, Pierre de Montreuil et Saint Antoine. Il reste ainsi une trentaine d’hectares de jardins dissimulés.

Au cours du XVIIIème siècle, plusieurs conflits vont pousser les habitants à constituer leur paroisse en municipalité. Mais la famine, la peste et la destruction des récoltes augmentent la misère déjà existante. Le baron de Buzenval profite de la détresse des paysans pour racheter leurs terres à un prix dérisoire. Montreuil est désormais un canton du district de Bourg-de-l’égalité.

Fours à platre

Fours à platre

Au XIXème siècle les terres agricoles sont remplacées par des usines. Ainsi de nombreuses industries vont prendre possession de la ville: transformation du bois, jouets, plâteries, briqueteries et transformation des peaux. Les plâteries exploitent le sous-sol en gypse de la ville.

Montreuil sous bois en 1900

Fin XIXème, la ville devient célèbre avec Emile Reynaud qui invente l’image animée avec le praxinoscope et surtout Georges Méliès qui va construire les tous premiers studios de cinéma au monde à Montreuil. Suivront les frères Lumière et Charles Pathé. Montreuil est au centre du monde du cinéma.

Le 18 aôut 1944, Montreuil est la première ville libérée par des résistants.

Montreuil sous bois Multivues

Ville communiste, Montreuil va pendant les années 50 à 70 être à la pointe de la construction de logements sociaux. Désormais ce sont les bobos qui ont pris possession de la ville et Alain Chamfort n’hésite pas à dire que Montreuil est le XXIème arrondissement de Paris. Une ville qui a su faire tomber la limite du périphérique et qui est déjà dans le Grand Paris depuis de nombreuses années.

Album complet sur Flickr Gpmetropole

Sources:

http://www.montreuil.fr/la-ville/histoire-de-la-ville/histoire-des-murs-a-peches/
http://www.montreuil.fr/la-ville/histoire-de-la-ville/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Montreuil_(Seine-Saint-Denis)#Histoire
et dictionnaire historique des environs de Paris

Suite du Dossier<< Ablon-sur-SeineAubervilliers >>

A LIRE SUR GRAND PARIS METROPOLE

×

4 Comments on "Montreuil-sous-bois"

rétrolien | Commentaires sur la Flux RSS

  1. Duclaud-Lacoste dit :

    Bonjour

    Je suis excessivement intéressé par le plan de Montreuil avec élévation des maisons. Il me semble voir (clairement) la maison de Jean Louis Stanislas Méliès dans le terrain que la famille possédait à Montreuil. C’est sur ce terrain que Georges va construire, dans la partie sud, sa maison familiale et surtout le premier studio (studio A).
    Avez-vous accès à l’original de ce plan ? Les élévations ont été probablement réalisées à partir d’un plan cadastral : où serait il consultable.

    à vous lire

    Pascal dl

Envoyer un commentaire