banner ad
banner ad

Le Campus Condorcet démarre en première phase avec un PPP

| 15/03/2016 | Aucun commentaire
Condorcet

Vue du Campus. Crédit : Mir, Campus Condorcet, 2015

« Une étape essentielle du projet est franchie. » En annonçant aujourd’hui l’attributaire du contrat de partenariat public privé (PPP), Jean-Claude Waquet, président de l’établissement public Campus Condorcet, a eu le sentiment d’entrer enfin dans le futur de ce projet né en 2007. Ce haut lieu des sciences sociales et humaines entame en effet sa première phase de réalisation avec le choix du groupement qui sera en charge de la conception et de la construction de 50 000 m2 de bâtiments sur le site d’Aubervilliers.

Ce groupement a choisi comme nom Sérendicité (contraction de sérendipité et cité). Assez poétique, mais dessous c’est du dur puisqu’il se compose de GTM Bâtiments (filiale de Vinci), 3i Infrastructure PLC et Engie Cofely. Il devra développer le siège de l’Institut national d’études démographiques (Ined), première des dix institutions fondatrices de ce pôle à s’installer dès 2019, des espaces de recherche et de formation, un centre de colloques, une résidence pour chercheurs invités, un hôtel à projets, des équipements de soutien à la vie de campus et 450 logements étudiants.

Le tout sur une « pièce urbaine de 7 ha », comme l’appelle Olivier Philippe, associé fondateur de l’Agence TER qui a dessiné le projet à partir de trois principes : le verdissement du site (un campus-parc à la manière américaine), un axe nord-sud qui fédère les insitutions du campus (le « Cours des humanités »), et une porosité entre le campus et la ville mais aussi au sein du campus entre les bâtiments eux-mêmes (espaces mutualisés et partagés avec les riverains). Olivier Philippe veut par ailleurs ériger des bâtiments signaux afin que Condorcet soit visible dans la skyline du Grand Paris.

La note, elle, s’élève à 500 M€ (« en gros », “précise“ Jean-Claude Waquet), dont 162 M€ apportés par Sérendicité dans le cadre du PPP. Le groupement percevra un loyer annuel de 11,5 M€ pendant 25 ans (soit 287,5 M€ au total), ce qui lui fait un joli gain de 125,5 M€. De son côté l’établissement public Campus Condorcet paiera cette rente à partir d’une dotation de l’État de 450 M€ produisant un revenu annuel de 18 M€.

Si cette première phase des travaux de Condorcet devrait s’achever en 2019, la seconde phase, elle, se fait toujours attendre. C’est même Thierry Mandon, le secrétaire d’État à la l’Enseignement supérieur et à la Recherche, présent ce mardi pour la signature du PPP, qui l’a rappelé : « Intialement, le projet était plus vaste. Il est temps d’établir le calendrier de la deuxième phase. » Celle-ci doit mettre en œuvre la réalisation d’autres bâtiments de recherche, des équipements pour le site d’Aubervilliers ainsi que les sièges de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) et de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). Selon Jean-Claude Waquet, cette phase II devrait être deux fois moins coûteuse : entre 250 et 300 M€. En PPP ?

A LIRE SUR GRAND PARIS METROPOLE

×

Envoyer un commentaire