banner ad
banner ad

Formule 1 électrique : Paris se lance dans la course

Selon nos informations, Paris accueillera un Grand prix de Formula E en avril 2016. Un évènement que la ville souhaite spectaculaire puisqu’il se déroulerait autour des Invalides…

Formula E Renault Las Vegas

La formula E de Renault en exhibition à Las Vegas, en janvier 2014.

Les premières rumeurs avaient fuité à l’été 2014 dans L’Equipe. Le quotidien évoquait alors un Grand prix de Formule 1 électrique au Bourget ou autour de la pelouse de Reuilly. Contactée en janvier 2015, la Fédération Internationale Automobile refusait de répondre et renvoyait à FormulaE Operations Ltd basé à Londres. L’organisateur concédait alors son intérêt pour qu’une telle course se déroule dans la capitale, espérant juste qu’elle se déroulerait au plus vite. Côté Mairie de Paris, Jean-François Martins, adjoint au Maire chargé des Sports et du Tourisme, était aux abonnés absents.

À 80 décibels

Fin mars, tout s’est accéléré. Le 17, Anne Souyris, co-présidente du Groupe écologiste de Paris (GEP), interpellait Anne Hidalgo lors de la séance des questions d’actualité du Conseil de Paris : « Nous nous interrogeons sur ce qui s’apparente à une journée sans piétons dans le centre de Paris », protestant contre « ces véhicules qui font un bruit plus élevé de 10 décibels par rapport à une voiture à moteur à essence ». Cependant, à 80 décibels, cette nuisance ressemble à celle d’une tondeuse à gazon (voir vidéo plus bas)… Après cette intervention, la maire de Paris confirmait avoir donné son accord à l’organisation d’un tel événement au printemps 2016. Mieux, elle revendiquait cette organisation pour promouvoir les alternatives au moteur thermique. Son entourage confirmait alors officieusement que ce Grand prix serait bien organisé au cœur de Paris, autour des Invalides, laissant la primeur de cette annonce à la FIA qui devrait valider fin juin son calendrier pour la saison 2015-2016.

David Belliard, co-président du groupe des élus écologistes de Paris, réaffirmait alors : « Un tel événement qui fait la promotion de la voiture individuelle et de la vitesse n’a pas sa place à Paris ». Pourtant, un tel évènement serait aussi plus attractif que l’organisation d’un Grand Prix de Formule 1, un temps envisagé à Flins, Sarcelles ou Roissy…

Londres, Berlin, Moscou

Car l’organisation de cette épreuve présente nombre d’avantages pour l’image de la capitale et la promotion des technologies « made in France ». Le 1er Grand prix de Formula E s’est déroulé le 13 septembre 2014 dans Pékin. Depuis, ces courses qui se déroulent toutes en centre-ville ont fait étape à Buenos-Aires, Putrajaya (Malaisie), Punta del Este, Miami et bientôt Long Beach, Monaco, Berlin et Moscou. Elles s’achèveront en apothéose à Londres les 27 et 28 juin.

formula-e-calendrier-definitif-9237-1-P

Planisphère des épreuves de la saison 2014-2015.

Comme sa grande sœur la Formule 1, la Formula E constitue un formidable laboratoire technologique. D’ailleurs, les plus grands constructeurs ne s’y sont pas trompés. Cette première saison oppose déjà dix écuries. À côté de Drayson Racing (Royaume-Uni), Dragon Racing (États-Unis), China Racing (Chine), Super Aguri (Japon), des grands noms de la Formule 1 ou du sport automobile y participent comme Andretti Autosport (États-Unis) déjà présent en Indy, Mahindra Racing (Inde), l’un des principaux fabricants automobiles indiens, Virgin Racing (Royaume-Uni) de Sir Richard Branson ou encore Audi Sport ABT (Allemagne) du constructeur allemand. L’Hexagone quant à lui est représenté par Venturi (Monaco), constructeur qui s’est orienté exclusivement vers la production de motorisations électriques. Dans cette aventure, Gildo Pallanca Pastor, homme d’affaires monégasque, s’est associé à Leonardo di Caprio pour qui : « Venturi Grand Prix a démontré un incroyable sens de l’anticipation en créant une écurie de course qui respecte l’environnement ».

Un laboratoire de la mobilité électrique

Et puis, il y a bien évidemment e.dams-Renault Formula E Team (France) dans laquelle s’est engagé Alain Prost. Dans Le Parisien, le quadruple champion du monde des pilotes de Formule 1 affirmait : « C’est une course “utile“ et pas uniquement un spectacle ». Sur sa Renault, son fils, Nicolas, caracole en tête du classement du championnat du monde où il domine des pilotes de renom, comme Nelson Piquet Jr, Bruno Senna, Charles Pic, Jean-Eric Vergne, Jarno Trulli ou encore Nick Heidfeld. Tous ces pilotes pourraient donc se retrouver aux Invalides pour le premier Grand prix organisé en France depuis celui de 2008 à Magny-Cours.

Comme un clin d’œil, Renault organisait d’ailleurs une séance photo en février dernier avec Nicolas Prost posant à la terrasse d’un café, sa formula E garée devant lui. Où cela ? Aux Invalides…

Nicolas Prost Formula E

Nicolas Prost et sa Formula E aux Invalides, le 19 février 2015. Crédit : Renault – Frédéric Le Floch / DPPI

Les dix villes qui accueillent cette saison les épreuves du championnat du monde en leur centre urbain en profitent pour se promouvoir à l’international. Une étape à Paris constituerait une formidable vitrine pour la capitale, un peu comme l’arrivée du Tour de France sur les Champs-Elysées. Il permettrait également à Renault, dont l’écurie domine le championnat, de rappeler que Renault-Nissan est le leader des ventes sur le marché des véhicules électriques. Sylvie Moulet, directrice déléguée à la direction R&D d’EDF, affirme de son côté : « C’est un laboratoire qui nous permet de travailler, puisque nous avons un partenariat avec la Fédération Internationale Automobile sur la sécurité de la charge ». Aujourd’hui, les batteries ne sont pas encore assez puissantes pour aller au bout des courses, obligeant les pilotes à changer de voiture au milieu de l’épreuve. « Les problématiques de sécurité électrique sont poussées à leur extrême, poursuit Sylvie Moulet, et cela nous permet à nous, EDF, mais aussi aux fabricants de batteries et aux constructeurs automobiles d’apprendre de manière excessivement rapide et de trouver des solutions qui vont comme pour la Formule 1 classique être transposées demain dans la voiture de monsieur tout le monde ». La vue de ces bolides pourrait d’ailleurs convaincre les Parisiens que la voiture électrique n’est plus une voiturette poussive destinée aux babas cool, mais bien la voiture de demain.

 

Comparatif Formule 1 / Formula E : à 1 mn 30, le son « électrique » de la formula E

 

A LIRE SUR GRAND PARIS METROPOLE

×

Envoyer un commentaire