banner ad
banner ad

Du stade des Bouvets à l’Arena 92

| 16/12/2013 | 1 commentaire

CHRONOLOGIE. Le 2 décembre, Jacky Lorenzetti, président du Racing Métro, annonçait le lancement de l’Arena 92. Recours levés, stade financé, retour en dates et en photos sur son aventure.

2008

Stade Yves-du-Manoir, Colombes

Stade Yves-du-Manoir, Colombes

Jacky Lorenzetti, homme d’affaires, président et propriétaire du club de rugby Racing Metro 92 depuis 2 ans, rêve d’un nouveau stade pour son club. Celui-ci joue à Colombes, au stade Yves-du-Manoir, une enceinte un peu vieilliotte comparée aux ambitions du président. La possible transformation d’Yves-du-Manoir se heurte aux avis de la municipalité et du Conseil général des Hauts-de-Seine. : « Nous avons des problèmes de desserte. Les transports existants ne suffisent pas à acheminer autant de personnes », justifie alors le maire PS de Colombes, Philippe Sarre (voir aussi l’interview de Laurent Trupin).

Jacky Lorenzetti déclare de son côté : “Le projet du nouveau stade Yves-du-Manoir est mort-né. Nous travaillons actuellement sur une enceinte qui sera implantée à La Défense. Nous sommes en négociation avec la mairie de Puteaux pour l’achat du terrain. Les choses avancent vite et je compte déménager le club dans son nouveau stade à l’horizon 2011-2012. »

Le Racing Métro termine alors 2ème de la Pro D2 de rugby.

2009

Stade des Bouvets

Stade des Bouvets

C’est à Nanterre, mais sur l’emplacement d’un stade appartenant à la ville de Puteaux, le terrain de sports des Bouvets, à 500 m de la Grande Arche de La Défense, que le Racing construira son enceinte.

Franck Boucher, directeur général adjoint du Racing, et Pascal Simonin, ancien directeur du Stade de France et futur exploitant de l’équipement, présentent alors un avant-projet proposant une structure avec toiture amovible et deux utilisations possibles : 40 000 places en « configuration spectacle » et 30 000 places en « configuration rugby ». La pelouse sera rétractable et une cloison amovible permettra de réduire l’espace central pour des concerts ou des prestations plus modestes destinées à accueillir 10 000 à 20 000 spectateurs. Le projet est baptisé Arena 92 et devrait être livré fin 2013, sur un financement entièrement privé assumé par le club et des investisseurs.

Le Racing Métro termine alors 1er de la Pro D2 de rugby et remonte dans l’élite (Top 14).

2010

Arena, projet de l'agence Mimram

Arena, projet de l’agence Mimram

Arena, projet de l'agence Foster

Arena, projet de l’agence Foster

Un concours international d’architecture est lancé pour la réalisation d’Arena 92. Vingt-sept projets arrivent dans la boîte aux lettres du Racing.

Les négociations avec la ville de Puteaux pour le stade des Bouvets n’ont pas encore abouti, mais la Commission nationale du débat public a été saisie par la municipalité de Nanterre. « Le seuil retenu par la CNDP est normalement de 300 millions d’euros. Notre projet est évalué à 205 millions hors taxes, coûts des travaux et honoraires de maîtrise d’œuvre compris », précise alors Pascal Simonin. Arena 92 devrait être prêt pour 2014.

Le Racing Métro termine 6ème du Top 14.

2011

L'Arena 92, par Christian de Portzamparc

L’Arena 92, par Christian de Portzamparc

C’est le projet de l’architecte Christian de Portzamparc, associé au groupe Vinci, qui est choisi pour la réalisation de la future Arena92. Stade « indoor » capable d’accueillir 32 000 spectateurs assis en configuration rugy et entre 15 000 et 40 000 personnes pour des spectacles, sa pelouse sera synthétique. Projet structurant pour un quartier qui fait la transition entre le parvis de La Défense et la gare RER de Nanterre Université, il devrait apporter une vie nocturne qui manque cruellement au quartier d’affaires.

De son côté, le débat public se clôt par un vote qui autorise une version simplifiée du PLU de Nanterre censé ouvrir la voie à la construction du stade. Le terrain des Bouvets est cédé à l’EPADESA dans le cadre de l’Opération d’Intérêt National Seine-Arche et le permis de construire est octroyé. Arena 92 obtient même le label Grand Paris. Le projet est évalué à 300 millions d’euros et son lancement est toujours prévu pour 2014. Mais des recours d’associations de riverains commencent à le menacer.

Le Racing Métro termine 2ème du Top 14.

2012

La friche des Bouvets où sera implanté le stade

La friche des Bouvets où sera implanté le stade

Les recours pleuvent. Les associations de résidents s’inquiètent du bruit que ne manqueront pas de générer les milliers de spectateurs venant assister aux matches ou aux spectacles. « Les promoteurs du projet comptent les jours », peut-on lire dans Le Parisien. En effet, il est alors prévu que la Fédération française de handball vienne s’installer à Yves-du-Manoir, où réside toujours le Racing, en 2015. Or, pas un coup de tractopelle n’a encore été donné. Comme le rappelle Franck Boucher, bras droit de Jacky Lorenzetti, « le temps de construction, environ deux ans et demi, n’est pas compressible. »

Le Racing Métro termine 6ème du Top 14.

2013

La maquette de l'Arena présentée le 2 décembre 2013

La maquette de l’Arena présentée le 2 décembre 2013

En avril, le dernier des 21 recours déposés est finalement levé. L’association Gap (Groupe d’action et de proposition pour l’aménagement de Nanterre) se désiste. Une petite victoire pour Lorenzetti qui déchante vite. Car le financement du projet qui s’élève dorénavant à 350 millions d’euros n’est plus assuré. Le groupe Vinci, chargé de la construction, a revu ses prétentions à la hausse. Les banques hésitent. Jacky Lorenzetti déclare au Parisien : « Je continue de négocier avec tout le monde en espérant que ça se fasse. Je suis un président qui souffle sur les braises pour tenter d’entretenir l’espoir. »

Il viendra finalement du Conseil général des Hauts-de-Seine. Celui-ci décide en effet d’acquérir un immeuble de bureaux attenant à l’Arena pour 167 millions d’euros, « en vue de rationnaliser ses dépenses et de moderniser son administration ». Une garantie qui a permis aux banques de prêter près de 200 millions d’euros au président du Racing. Le 2 décembre, celui-ci signait avec l’EPADESA l’acte de vente relatif à la construction du stade.

Alors que les travaux de préparation du chantier démarraient le même jour, la première pierre est prévue pour février 2014.

Le Racing Métro termine 5ème du Top 14.

2017

Concert de Céline DIon en 2017?

Concert de Céline DIon en 2017?

La passerelle « La jetée » qui prend sa source aux abords de la Grande Arche plonge dorénavant sur un stade cocon qui accueille dix-huit matches de rugby par an, des concerts, des spectacles et d’autres manifestations sportives comme du handball (la France devant organiser son Mondial en 2017). Pascal Simonin, président du stade Arena, rêve « d’un week-end de fête pour son inauguration avec un concert de Céline Dion, un Sons & Lumières, et, le lendemain, une rencontre entre le Racing Métro et les Blacks (équipe de rugby de Nouvelle-Zélande, NDLR). »

Le Racing Métro champion de France de rugby ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedin

A LIRE SUR GRAND PARIS METROPOLE

×

1 Comment on "Du stade des Bouvets à l’Arena 92"

rétrolien | Commentaires sur la Flux RSS

Envoyer un commentaire