banner ad
banner ad

Ablon-sur-Seine

Article 2/18 du Dossier | Grand Paris historique

Ablon coteau Propriete du docteur Schmitt

Ablon bords de la Seine 1908

Ablon Barrage 1932

Ablon rue Simon

Ablon Rue du Bac 2

Ablon Rue de Paris cote Sud

Ablon Rue du Bac

Ablon rue de la mairie vers 1920

Ablon Quai de la Baronnie 3

Ablon Quai de la Baronnie 3

Ablon Panorama Athis

Ablon PAnorama

Ablon Montée de la Gare

Ablon Mairie

Ablon mairie 3

Ablon Les bords de la Seine

Ablon Eglise 2

Ablon Eglise et place Cholet

Ablon ecluse et barrage

Ablon divers vues 1987

Ablon-sur-Seine autrefois nommée Ablon (ou Ablons) est un petit village situé à 4 lieues de Paris sur la rive gauche de la Seine.
Son nom vient vraisemblablement de Abluvium ou Ablonium en référence aux alluvions de la Seine, ou de Ablette, petit poisson de rivière.
A l’origine, on trouve une population vivant dans les bois et les marécages qui tire sans doute profit de la proximité du fleuve.
La première mention d’Ablon date du XIIe siècle. C’est un hameau qui dépend de la paroisse d’Athis tout comme la cité voisine de Mons. L’abbaye de Saint Victor y exerce son pouvoir.
Le territoire est partagé entre deux seigneuries : celle de Mons et celle du châtel d’Ablon.
Le premier château a été édifié en 1348 par un bourgeois parisien, Jacques de Pacy. Le bâtiment du Châtel d’Ablon est flanqué de 4 tours et est toujours visible en bord de Seine au 7 quai Magne. Il fut aussi habité par Agnès Sorel, maîtresse de Charles VII, qui apporta quelques modifications à la bâtisse.

Le château est toujours présent au 7 quai Magne

Le château est toujours présent au 7 quai Magne

Au XVe siècle, l’activité des habitants d’Ablon est concentrée autour de la vigne ou de la Seine (pêche, Bac, Halage).

La seigneurie de Mons est en la possession d’Enguerrand de Marigny, puis de Nicolas d’Estouteville qui lui succède avant de la vendre au chapitre de Notre Dame de Paris en 1417. Celle du castel d’Ablon relève de Mathurin de Douzonville, puis de la famille Cénasme originaire d’Italie.

Les commerçants de vins et quelques bourgeois déposent à cette époque leur stock de vin à Ablon qu’ils font ensuite entrer en ville suivant leurs besoins. Les années passant, les entrepôts vont se rapprocher de Paris.

Au XVIe siècle, les guerres de religion déchirent la France. Henri IV, par l’édit de Nantes de mars 1598, avait permis aux protestants l’exercice public de leur culte hors des murs de Paris. Il autorisa ainsi la construction d’un temple à Ablon. Sully se rendait chaque dimanche au temple d’Ablon alors que François de Lohéran, un calviniste, acquiert la seigneurie du châtel d’Ablon. Comme il était impossible aux vieillards, aux femmes et aux enfants de faire le trajet de la capitale à Ablon en un seul jour pendant l’hiver il fut permis en août 1606 de construire un nouveau temple, plus proche de Paris à Charenton / Saint-Maurice.

Au XVIIIe siècle, le village doté d’un port développe le commerce du bois, du charbon, et surtout du vin (Beaujolais). Fin XVIIIe, Ablon devient une paroisse et une commune autonome.

Au XIXe siècle, alors que l’activité commerciale subit une rude concurrence, Ablon devient, avec l’arrivée du chemin de fer, un lieu de villégiature pour les Parisiens. Au tout début du XXe siècle des navettes fluviales reliaient Ablon à Paris.

Ablon Les bords de la Seine

La navette fluviale accoste au Quai de la Baronnie

La navette fluviale accoste au Quai de la Baronnie

L’activité économique d’Ablon a toujours été liée au fleuve : d’une part les cultures favorisées par les sols limoneux, et d’autre part le commerce. Face au fleuve la ville a été lourdement impactée par les inondations de 1910.

Ablon inondation de 1910 Maison Salve et quai de la Baronnie

C’est traditionnellement une commune résidentielle, à l’urbanisme majoritairement pavillonnaire, d’une superficie de 111 ha qui compte 5327 habitants au 1er janvier 2015.

Album complet sur Flickr Gpmetropole Ablon

Sources:
http://brudipat.over-blog.com/
http://www.ablon-sur-seine.fr/?Chiffres-et-histoire
et dictionnaire historique des environs de Paris

Suite du Dossier<< Grand Paris historique en imagesMontreuil-sous-bois >>

A LIRE SUR GRAND PARIS METROPOLE

×

Envoyer un commentaire